Pourquoi Google a-t-il mis en place l’index Mobile First ?

Google a toujours fait de l’expérience utilisateur (UX) une priorité. C’est pourquoi, ce nouvel algorithme est censé faire progresser l’UX sur les appareils mobiles / Smartphones. Jusqu’à récemment, l’index de Google était basé sur la visite d’un site web depuis un ordinateur de bureau (Desktop).

Mais face au changement des habitudes des internautes qui utilisent désormais prioritairement leur mobile pour leurs recherches, Google a logiquement fait évoluer son algorithme. Ce qui lui permet d’analyser le référencement des sites et leurs pages prioritairement sur leur version mobile.

En France, la navigation sur mobile est encore inférieure à celle mesurée aux États-Unis, mais elle est en constante évolution. Aujourd’hui, 54% des internautes naviguent uniquement sur mobile, et 69% combinent plusieurs écrans.

Sachant que les mobiles sont actuellement les principaux appareils utilisés pour accéder à Internet dans le monde entier, il n’est pas étonnant que Google ait décidé d’introduire cette nouvelle mise à jour de l’algorithme.

Quand a été mis en place l’index Mobile First ?

Le Mobile First Index a été déployé à partir du 26 mars 2018, afin de laisser le temps aux sites web de mettre en œuvre les recommandations de Google. Une grande partie des sites a désormais migré vers ce nouvel index.

Aujourd’hui, l’Index Mobile First a été largement déployé et la plupart de sites sont analysés sous cette forme par les moteur de recherche.  Cependant, Google a fait le choix d’effectuer un changement progressif, afin de ne pas déstabiliser injustement certains sites Web.

Les anciens sites qui n’ont pas encore migré continueront d’être indexés comme avant, jusqu’à ce qu’ils soient prêts.

« Pour les anciens sites Web, nous continuerons à surveiller et à évaluer l’état de préparation des pages pour la première indexation mobile et nous les informerons via la Search Console lorsqu’ils seront considérés comme prêts », a déclaré Google.

Quelle est la place de l’ordinateur de bureau par rapport au mobile ?

L’indexation du desktop ne disparaîtra pas, mais Google ne lui donnera plus la priorité. En effet, jusqu’à présent, il le considérait comme la version principale pour parcourir et indexer une page web.

La version mobile était une variable pouvant influencer le classement. Google prend désormais les pages web mobiles comme référence lors du crawling, de l’indexation et du classement.

Par conséquent, si la version de bureau d’un site présente une excellente interface utilisateur, mais que la version mobile est médiocre, vous risquez d’être affecté par le Mobile First Index.

C’est pourquoi, aujourd’hui, l’accent doit être mis sur les outils d’optimisation des sites Web mobiles et leur SEO. Bien sûr, si la version mobile n’est pas adaptée, vous ne disparaissez pas des SERP, mais vous vous retrouverez certainement derrière les sites Web qui sont adaptés aux mobiles.

Comment les positions sont-elles affectées ?

Nous entendons souvent dire qu’une fois le Mobile First Index entièrement déployé, les classements sur ordinateur et sur mobile seront les mêmes. En pratique, cela s’avère souvent inexact.

Avant tout, gardez à l’esprit que le classement des positions et l’indexation sont deux choses très différentes, chacune ayant des buts, des objectifs et des critères différents. Ce n’est pas parce que Google modifie la façon dont il indexe les sites qu’il change la façon dont il les classe.

Actuellement, les résultats de la recherche organique sont différents selon l’appareil utilisé. Cela est dû en partie aux différents critères de classement et aux pénalités mises en place par Google.

Pour la recherche mobile, les plus connus étant la pénalité interstitielle intrusive, et la vitesse de chargement des pages. Il est donc peu probable que cela change, car ces critères affectent les positions, et non l’indexation.

index mobile first

Comment savoir si un site Web est géré par le Mobile First Index ?

Comme nous l’avons dit précédemment, les nouveaux sites Web sont automatiquement soumis à Mobile First. Les propriétaires de sites existants seront informés par un message automatique dans la Google Search Console.

Une fois que vous aurez reçu ce message, vous constaterez une augmentation assez rapide du taux d’exploration de Googlebot Mobile. En outre, Google affichera la version mobile des pages dans les résultats de recherche et les pages en cache.

Il est fréquent de constater quelques jours plus tôt des changements dans les crawls des différents robots de Google. Le robot mobile occupe une place de plus en plus importante, jusqu’à devenir le seul et unique robot de recherche qui va crawler les pages. Attention, vous continuerez à recevoir des crawls de robots d’annonces, de robots d’images, etc.

Pour observer ces changements, vous pouvez utiliser un analyseur de logs qui vous montrera la proportion de crawl en fonction de chaque type de robot. Voici les plus connus d’entre eux : Screaming Frog, Botify et Oncrawl.

Comment adapter le contenu à ce nouvel index ?

Ce nouvel index s’avère avoir peu d’impact, car les recommandations (mobile comme desktop) restent fondamentalement les mêmes. Certains critères deviennent plus stricts, mais ne conditionnent pas à eux seuls le positionnement effectif d’un site web.

Voici quelques recommandations que vous pouvez suivre pour préparer le site, et assurer sa visibilité dans les résultats de recherche.

Optimisez les performances

La vitesse de chargement d’un site web est l’un des principaux critères pour une bonne indexation, gagner des positions, et un faible taux de rebond. En effet, 40% des utilisateurs quittent une page qui met plus de 3 secondes à se charger. Par conséquent, Google suggère qu’une page mette moins d’une seconde à se charger.

C’est pourquoi il est recommandé d’analyser l’état du site web, et d’utiliser différentes techniques pour améliorer la vitesse de chargement : compression d’images, lazyloading, mise en cache, etc.

Optimisez le contenu

Depuis le lancement de Mobile First, le Googlebot mobile explore plus en détail et le contenu SEO des pages mobiles. Par conséquent, si une partie du contenu est cachée sur mobile, Google perdra du contenu précieux, ce qui peut désavantager le référencement.

De même, certains sites Web affichent des informations sommaires sur les versions mobiles. Mais aujourd’hui, il est préférable de tout afficher sur la page, et d’améliorer la convivialité avec des techniques simples comme les onglets par exemple.

Mettez en place des données structurées

Pour une meilleure indexation, il est recommandé d’utiliser des données structurées dans les versions mobile et de bureau, et de vérifier également que la structure ne contient aucune erreur. Vous pouvez vérifier cela à l’aide de Search Console et de son aide au balisage des données structurées. Google utilise ces données pour améliorer sa compréhension du contenu d’un site et son référencement naturel.

C’est aussi grâce à ces données qu’il peut afficher des rich snippets dans ses résultats. Les données structurées ont donc un rôle important pour les robots et pour le CTR (Taux de clics) des pages.

Vérifiez les métadonnées

Les balises META doivent être les mêmes sur les versions mobile et de bureau, car elles fournissent à Google des informations importantes lors de l’indexation et de l’affichage des résultats. C’est encore plus important si vous avez choisi un design réactif.

Évitez le Flash et les fenêtres pop-up

Les fenêtres pop-up et autres annonces interstitielles irritent beaucoup les utilisateurs, surtout lorsqu’ils naviguent sur leurs appareils mobiles. Google a depuis longtemps prévenu que les pages contenant ces annonces qui affectent l’expérience utilisateur seront sévèrement pénalisées. Les interstitiels ne sont tolérés que pour les bannières d’avertissement de cookies, de vérification de l’âge et de téléchargement d’applications.

Toutefois, si vous décidez d’inclure ces types de fenêtres pop-up sur un site Web, vous devez concevoir des publicités qui n’interrompent pas les utilisateurs dans leur navigation. Ce critère n’est pas propre à Mobile First mais il intègre la longue série de recommandations pour être bien positionné sur les résultats de recherche mobile.

Testez un site web sur l’outil de compatibilité mobile

Pour aider les sites dans leur transition vers le Mobile First, Google a mis en place un outil permettant de savoir si une page est bien adaptée à la navigation mobile. Ce test vous montrera ce que les internautes voient, et ce que les robots de Google voient. Vous pourrez même bénéficier de plusieurs conseils d’optimisation.

L’analyse se fait page par page. Si une page réussit le test, vous verrez un message vert vous informant qu’elle est adaptée aux mobiles. Si une page échoue le test, le message s’affiche en rouge et indique « Non compatible avec les mobiles ».

Dans ce cas, l’outil vous indique les raisons pour lesquelles la page n’est pas compatible. On retrouve souvent les mêmes raisons : contenu plus grand que l’écran, liens trop proches les uns des autres, contenu bloqué…

Cet outil peut donc être une première étape pour trouver la cause d’une baisse des positions d’une ou plusieurs pages.

Avec l’augmentation constante du trafic mobile, ce changement d’algorithme était très prévisible. Plus tôt vous appliquez ces recommandations, plus tôt vous serez à l’abri d’une éventuelle pénalité, et vous prendrez de l’avance sur la concurrence.

N’oubliez pas non plus qu’une bonne navigation mobile n’affecte pas seulement la position sur Google. Elle détermine également le taux de conversion, qui peut chuter de façon spectaculaire si le site n’est pas adapté aux mobiles.

Par conséquent, le Mobile First Index doit être considéré davantage comme un rappel des bonnes pratiques que comme une véritable menace. En suivant toutes ces recommandations, vous pouvez améliorer votre position mais aussi d’autres indicateurs tout aussi importants, tels que le taux de rebond, le taux de sortie ou le taux de conversion.

Découvrez-en plus sur le Mobile First associé au SEO avec votre Agence SEO proche Vannes