enchérir sur le nom des concurrentsGoolge Ads/ AdWords, enchérir sur le nom d’un concurrent est-il légal ?

Nul n’étant censé ignorer la loi 😐 , il est important de savoir si enchérir sur le nom d’un concurrent est légal ou non ?

Pour faire simple (pour faire moins simple, c’est ici), vous pouvez enchérir sur le nom d’un de vos concurrents, tant que vos annonces ne suscitent pas la confusion auprès des internautes. L’interprétation de « confusion » pouvant néanmoins être confuse (je suis confus pour le bout de phrase précédent :roll:  )

Pour faire simple, si le nom de votre concurrent apparaît dans vos propres annonces Google Ads / AdWords, alors vous êtes sur la ligne jaune, voire même un peu plus loin !

En bref, enchérir sur le nom d’un concurrent est légal (ou du moins toléré), mais doit être fait avec beaucoup d’attention : sans quoi vous risquez de vous transformer en un dangereux hors la loi 😉 !

Si vous voulez creuser un peu plus le sujet, voici une autre décision de justice : Cour d’appel de Versailles, 12e ch., arrêt du 28 février 2017

Est-ce que ça vaut le « coût » ?

Même lorsque nous connaissons le nom d’un site Internet, il n’est pas rare de cherher ce même nom directement dans Google pour trouver directement le site en question.

Eh oui, c’est plus confortable (surtout depuis un mobile) et ça évite les fameuses questions existentielles : « .fr ou .com ? », « L’url avec ou sans tiret ? »…).

Ce type de requête (dite requête brandée)  traduit un objectif clair : trouver rapidement et simplement le site /l’entreprise recherché.

Malheureusement, lorsque de petits malins, enchérissent sur des noms d’entreprises/de sites, le lien vers le site recherché se retrouve, au mieux en seconde position, juste sous la/les annonce(s) Google Ads de nos concurrents peu scrupuleux.

Nombreux sont alors les internautes qui risquent de cliquer par inadvertance ou par habitude sur le premier résultat (en l’occurrence une annonce AdWords), auquel cas 2 scénarios sont possibles :

– Premier scénario : le visiteur s’aperçoit très rapidement qu’il n’est pas sur le site qu’il recherchait et s’en va. Dans un tel cas de figure, la stratégie s’avère tout simplement désastreuse et peut même s’avérer très coûteuse.

– Second scénario : le visiteur s’aperçoit ou ne s’aperçoit pas qu’il n’est pas sur le site qu’il recherchait à la base, quoiqu’il en soit il continue de naviguer. La stratégie peut ici s’avérer payante, il vous reste tout de même à accrocher suffisamment ce visiteur pour lui faire oublier sa requête initiale.

Vous comprenez alors qu’enchérir sur le nom d’un concurrent peut parfois valoir le coup/coût. Alors si malgré les risques, vous êtes prêt à vous lancer dans le détournement de visiteurs, assurez-vous auparavant de pouvoir suffisamment accrocher ces derniers, sans quoi votre légitimité de « dérouteur » risque d’en prendre un coup.

Ange ou démon ?ange et démon

Un moyen aussi simple et surtout légal pour récupérer des prospects directement sous le nez de vos concurrents, c’est presque trop beau ! C’est à ce moment-là qu’un petit ange et un petit diable apparaissent de chaque côté de votre tête pour vous tenir ces propos :

– L’ange : « Votre concurrent ne va pas être content ! »

– Le diable : « M’en fou c’est légal ! »

– L’ange: « Votre concurrent va vous demander d’arrêter. »

– Le diable : « Il ne peut rien dire : c’est légal ! »

– L’ange: « Votre concurrent va lui aussi enchérir sur son nom. »

– Le diable : « Je monterai mes enchères et si ça devient trop chère j’arrêterai ! »

– L’ange: « Votre concurrent va aussi enchérir sur votre nom ! »

– Le diable : « … !»

Bienvenue dans le côté obscur !

enchérir sur le nom des concurrents
Vous comprenez alors que ce petit subterfuge est d’une part susceptible de se retourner contre vous et d’autre part qu’il risque de vous faire entrer dans un jeu auquel vous ne souhaitiez pas forcement participer (d’autant que l’issu reste plutôt incertaine). Sachez également que, par effet boule de neige, le premier qui mettra le doigt dans cet engrenage risque d’attirer avec lui tout un marché, chacun se mettant à enchérir sur les noms des autres.

Vous voilà prévenu ! Pourtant, vous hésitez encore : « Et si malgré les risques, le jeu en valait la chandelle ? ».

Comment se prémunir de cette pratique ?

Concurrence AdWords
Si vous constatez qu’un de vos concurrents enchérit sur votre nom, vous pouvez toujours tenter de le contacter pour essayer de régler cette situation à l’amiable.

Si ça ne fonctionne pas vous pouvez monter un peu le ton, invoquer la loi… Bref, tenter de faire peur à votre concurrent 👿

Cependant, si la pratique est courante sur votre marché… ça risque d’être plus compliqué 🙁 !

Pour reprendre le contrôle de la situation, vous n’aurez peut-être pas d’autre choix que d’enchérir sur votre propre nom !

Notez, qu’à l’inverse de vos concurrents, vous avez une véritable légitimité à enchérir sur votre nom  : si un internaute vous cherche sur Google, c’est logique qu’il vous trouve. Dès lors, Google devrait vous offrir un coût par clic plus réduit et une meilleure visibilité que vos concurrents.

L’exemple ci-dessous d’une (petite…) entreprise telle que Sarenza  parle de lui-même : 

SEO Sarenza

Sarenza a fait le choix depayer des annonces Google Ads sur son propre nom, afin de contrer les pratiques de la concurrence !

Notez que l’annonce Goolge Ads ci-dessus est claire : « Venez, le site OFFICIEL de Sarenza est ici ! »

Ici, la seule annonce Google Ads qui apparaît est bien celle de Sarenza et son premier lien de référencement naturel se trouve juste en-dessous.

Dans ce cas de figure, la société Sarenza pourrait donc être amenée à payer une visite, qu’elle aurait très certainement eu naturellement (via le SEO).

Enfin, si vous êtes l’heureux propriétaire d’une marque déposée, sachez que vous pouvez empêcher les annonceurs de mentionner votre marque dans leurs annonces Google Ads en remplissant ce formulaire.

Alors devez-vous franchir le cap ?

enchérir sur le nom des concurrents

Comme nous l’avons évoqué, enchérir sur le nom d’un concurrent peut être risqué, c’est donc un choix qui doit être mûrement réfléchi. Sachez simplement que si vous n’offrez pas de véritable avantage concurrentiel, il vaut certainement mieux vous abstenir.

Concernant le nom de votre entreprise/de votre site (s’il ne s’agit pas d’une marque déposée), vous vous devez de vérifier régulièrement qu’aucun de vos concurrents ne vous vole votre première place. Vous pouvez aussi tenter de contrer les velléités de vos concurrents en enchérissant ponctuellement ou en permanence sur votre propre nom, auquel cas les coûts par clic devraient logiquement être assez limités, ou du moins plus limités pour vous que pour vos concurrents.

Et vous, vous êtes plutôt ange ou plutôt démon ? Que pensez-vous de cette pratique ?

par Cyrille Baudemont

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


google partner
Agence Bing Ads Partner